Actualités
NOTRE APPROCHE OPÉRATIONNELLE

NOTRE APPROCHE OPÉRATIONNELLE

A l’observation des entreprises qui donnent des résultats probants dans la durée, le cabinet LEADERSHIP PARADOXAL a identifié 4 dominantes INVARIABLES qui garantissent le succès économique et social.
Il ne s’agit pas de 4 modèles d’entreprises conjoncturels et éphémères mais bien de LOIS UNIVERSELLES directement issues de l’observation empirique de la PERFORMANCE EN ENTREPRISE.

Ceux qui gagnent ont une VISION à long terme, traduite par un projet partagé, ET EN MÊME TEMPS, ils sont focalisés sur le très court terme grâce à des outils de CONCENTRATION ;

Ceux qui gagnent sont également positifs en état permanent afin de transmettre et solliciter toutes les bonnes ENERGIES  ET EN MÊME TEMPS ils sont capables de taper fort sur la table en sachant brandir des valeurs intransgressibles faisant ainsi preuve d’AUTORITE.

Notre approche opérationnelle est paradoxale en ce qu’elle réconcilie des qualités antipodiques.
Notre cabinet montre comment être ici et maintenant tout en pensant à demain ET comment être positif tout en étant autoritaire et vice versa…

Le manager devient leader quand il fait preuve d’AGILITE pour passer d’un état à l’autre selon les circonstances.

Il est clair que cette approche opérationnelle implique une CONDUITE DE CHANGEMENT.
C’est dire que la CONDUITE DE CHANGEMENT est un état d’esprit qui anime le leader quand la RÉSISTANCE AU CHANGEMENT est le propre du manager qui reste sûr de ses méthodes qui marchaient si bien hier.

VISION

1. VISION

L’entreprise démocratique a du mal à intégrer le souci du long terme.
C’est pourquoi, le management gris s’est installé au sein du CAC 40 et il s’étend maintenant aux PME
Il est constitué de toutes les pratiques d’optimisation sur le court terme où le capital humain n’est qu’une variable d’ajustement comme une autre.
On trouve pêle-mêle le conditionnement permanent des salariés, les délais trop serrés, les objectifs inatteignables, les contrôles constants…

 

Notre LEADERSHIP PARADOXAL met en lumière que l’on peut motiver une équipe dans la durée, en donnant :
de l’intérêt au travail,
de l’autonomie,
du pouvoir,
du développement personnel,
ET ce qui retient le plus durablement dans la structure, c’est le sens.

 

Le sens signification – « pourquoi je travaille » -, le sens direction «  Vers quoi me je me dirige » et le sens sensation – « Quelle est ma relation aux autres ».

Selon Idriss ABERKANE qui a écrit en 2016  le bestseller : « Libérez votre cerveau », la connaissance mondiale croît bien plus vite qu’un individu ne peut l’acquérir. Il estime son doublement tous les 7 ans.
Seule l’intelligence interpersonnelle, la projection collective, la coopération permettent d’inventer le futur.
Par les temps qui courent, moins on peut prévoir l’avenir et plus on doit s’y projeter. La vision, c’est l’idée, et l’acte c’est le projet.

 

Le cabinet LEADERSHIP PARADOXAL constate qu’il n’y a jamais de vent favorable aux bateaux qui n’ont pas de port.
Nous proposons une méthode d’écriture de projet pour faire face à la complexité du monde.
Le management de l’intelligence collective est indispensable puisque plus personne ne sait avec certitude ce qu’il faut faire dans l’entreprise demain.
Le projet passionnant partagé est le pré-requis à toute conduite de changement et à toute performance nouvelle.

ENERGIE

2. ENERGIE

We manage things; we lead people
Grâce HOOPER

L’entreprise est MOBILISÉE par un projet collectif.
Il s’agit maintenant de faire circuler l’ENERGIE afin de faire ÉMERGER de nouvelles pratiques car L’ACHARNEMENT à faire ses résultats selon les méthodes d’hier obsolètes ne vaut pas MOTIVATION.
Le salarié qui s’acharne est en VOLONTE ; le salarié en énergie forte est en PLAISIR. Il est MOTIVE.
L’énergie vitale de l’individu correspond à la quantité de considération qu’il reçoit de son environnement.

 

LA RELATION constitue la seule ressource énergétique de l’individu et le LEADER LE SAIT quand le manager en fait fi.
Plus le salarié reçoit de messages VALORISANTS, plus il développe d’ENERGIE POSITIVE et plus il a ENVIE.
LE BESOIN DE RECONNAISSANCE est un besoin vital.

 

En entreprise, nombreux sont les salariés qui préfèrent être reconnus dans leurs dysfonctionnements que pas reconnus du tout !
Proust disait que « MOTIVER, c’est inverser le sens de l’énergie ».
Il avait raison, car, ils sont légion dans toutes les structures publiques et privées, ceux qui ne veulent pas, ceux qui s’opposent, ceux qui objectent, ceux qui maltraitent, ceux qui déconstruisent parce qu’ils se sentent vivants dans ces postures.

 

Le leader apprend à juguler les émotions négatives et encourager les positives. Il sait parler au cerveau émotionnel de ses collaborateurs quand le manager ne s’adresse (croit-il !) qu’au cerveau rationnel.

CONCENTRATION

3. CONCENTRATION

L’entreprise donne du sens et de l’espoir grâce à un projet fédérateur. Les énergies sont parfaitement sollicitées, mais l’entreprise reste en danger.

En danger si elle ne sait pas traduire l’inspiration motrice du projet à long terme, en acte au quotidien.
Notre cabinet LEADERSHIP PARADOXAL constate journellement que de nombreuses entreprises savent faire rêver, mais trébuchent quand il s’agit de mettre en action.
Très souvent, il y- a déperdition d’ENERGIE, chacun faisant ce qu’il sait faire et non pas ce qu’il faut faire.
Et, c’est en vertu du grand principe de résistance au changement que de nombreuses structures déposent le bilan, alors que le projet est éminemment fédérateur. Il y a trop loin de l’intention à l’acte.

Alors, le leader paradoxal MOTIVERA dans l’action immédiate au lieu de se focaliser comme tout manager classique sur le résultat de l’action.
Plus on vise le résultat, sous stress, moins on l’obtient.
Nos techniques, comme l’EXPERIENCE OPTIMALE visent à éradiquer l’entropie (la désorganisation) résultant du changement imposé.
Nos outils de concentration permettent de tenir le salarié à équidistance du burn out – l’anxiété de ne pas être à la hauteur de sa mission – et du bore-out – l’ennui qui découle du fait que l’on est surdimensionné par rapport au poste.

AUTORITE

AUTORITÉ

L’entreprise met en tension par le projet ; elle fait circuler les énergies ; chacun traque l’efficience par le geste juste, au bon moment. Ces trois critères assurent la COHERENCE DE L’ENTREPRISE

Hélas, malgré ces trois premiers critères d’excellence, le coup de boule de Zidane est encore possible tout autant qu’un Jérôme KERVIEL peut mettre à mal la stratégie qui devait porter la Société Générale à la position de meilleure banque privée du monde.

L’autorité en entreprise n’est pas une option.
Quand Jacques Chirac soutient en public que Zidane a eu raison de frapper Materazzi en 2006 et qu’en plus on célèbre l’évènement en consacrant une statue à l’idole des jeunes, on met la France en danger. Depuis cette date, il n’est pas rare de rencontrer des entraineurs amateurs de foot qui assistent impuissants à des gestes d’imitation du coup de folie, de la part d’apprentis footballeurs.

Une entreprise se doit de savoir siffler le hors-jeu…pour tout le monde car « L’exemplarité n’est pas une façon d’influencer les autres, c’est la seule. »

Albert Schweitzer

Il est fondamental d’établir des CLES comportementales comme des VALEURS intransgressibles ou des REGLES DU JEU valables pour tous afin de renforcer la COHESION d’un groupe.

 

LE LEADER PARADOXAL cherche à conjuguer COHERENCE – dans le même sens – ET COHESION – tous ensemble.

Amusons-nous à noter nos dirigeants politiques. Sur une échelle de 1 à 10 quel était la pertinence du projet de Sarkozy ou de celui de Hollande ; savaient-ils transmettre l’énergie ou la prendre aux autres ?
Etaient-ils concentrés sur les bonnes cibles ou papillonnaient-ils ?
Savaient-ils siffler le moindre hors-jeu ou pratiquaient-ils comme le disait si bien Henri Queuille :

« Il n’est pas de problème qu’une absence de solution ne finisse pas un jour par résoudre ! ».