Actualités

— IDEE RECUE 9 : « OUI… MAIS ! »

« 18 sur 20 en handball, c’est bien, mais…7 en maths, c’est inadmissible ! Puisque c’est comme ça, nous n’irons pas au ski cette année » s’écrie un père en découvrant le carnet de notes de son rejeton.
Peut-on faire progresser un enfant dans une activité qu’il n’aime pas – les maths – en le privant de ce qu’il aime – le ski – ?
En stigmatisant l’échec, nous l’encourageons. Reconnaitre l’individu dans ce qu’il échoue est pernicieux et frappe à tous les étages de la société. Ils sont nombreux en entreprise ceux qui se sentent exister quand ils commettent des erreurs ; alors ils insistent…
L’entreprise se focalise sur le looser en croyant bien faire sans se rendre compte :
-1 qu’elle l’incite à reproduire l’échec en passant trop de temps avec lui
-2 qu’elle risque de prendre au visage la bombe à retardement des winners dont elle ne s’occupe pas assez.

 

 DISRUPTONS : « OUI ET… »

 

Notre société est construite sur le manque et non la plénitude ; l’insatisfaction plutôt que la satisfaction ; le négatif plutôt que le positif. Changeons cela !
L’auto-sabotage est un processus inconscient qui nous vient de l’enfance quand maman était là pour nous sauver de tout.
Notre cabinet montre comment être exigeant et reconnaissant à la fois. Pour ce faire, nous transmettons de l’énergie en valorisant le meilleur ; nous passons notre temps à modéliser ce qui est bien fait, tout en exigeant un progrès par ailleurs.
Nous consommons trop d’énergie pour nous améliorer sur ce que nous n’aimons pas car nous sommes en volonté et elle s’effiloche vite alors que nous n’en consommons pas pour devenir meilleurs là où nous sommes déjà bons.
En plaisir nous sommes infatigables ; Echangeons longuement sur le 18 en handball ET l’amélioration en maths viendra d’elle-même… D’autant que le gamin du début de cette histoire sait que son père n’a pas souscrit d’assurance annulation et qu’on ira au ski de toute façon…

No Comments

Post A Comment